30 août 2018. Fin de l'été...
Bientôt la reprise de la chasse dans nos contrées. Nous en profitons pour vous faire découvrir deux de nos spots préférés à quelques encablures de Vaison...

Les Chiens trépignent, nous garons la voiture sur le parking à La Verrière, non loin du magnifique village du Crestet.

Direction Le Cyprès des Évêques, via une portion du GR4. Il fait beau et chaud, quelle chance!

La piste est bien large, sur les talus on trouve encore des fleurs, de l'avoine au port aérien, une multitude d'essences d'arbustes, du thym, des insectes... Les sauterelles avec leurs ailes rouges s'envolent sur notre passage, des fourmis noires, énormes transportent sans relâche, en file indienne, les provisions pour l'hiver.

Changement de direction. Le sentier se rétrécit, plus intime, on va prendre de la hauteur! Préparez les mollets mais aussi les yeux, ici commence un peu le paradis.

«Chassez le naturel, il revient au galop.» Pas facile de suivre le guide quand il trottine, surtout quand tout autour invite à ralentir, immortaliser le moment... Attention aux racines, elles savent se placer là où ne les attend pas!

L'ascension continue, nous commençons à apercevoir les collines qui nous entourent. Le tronc d'un arbre mort aux branches entrelacées trône telle une œuvre d'art au milieu de la verdure. La nature et ses bizarreries.

Le Fragon ou faux-houx. Ici, il y a toujours une plante qui pique ou qui t'agrippe.

Le GRP passe ici...
Ça sent le pin quand nos pieds froissent les aiguillent qui jonchent le sol!

Ce single, un de mes préférés! Nous cheminons entre les ajoncs, les aromatiques, le genévrier, les herbes folles, le buis, la clématite commune, la sarriette en fleurs et les cailloux! L'érosion sculpte la roche calcaire.

Le Pas Du Loup. Si jamais vous décidiez de raccourcir le parcours, c'est le moment de redescendre via le Cyprès Des Évêques, sinon, Boogie vous montre du bout de la truffe le sens de la marche.

Ici, avant de continuer, c'est carrément obligatoire de se poser quelques minutes pour admirer le panorama. Au fond là-bas, Le Géant de Provence se dresse majestueusement

Combe Réu, altitude 587m, direction Le Partifiage...

Le Mont Saint-Amand fait partie du Massif des Dentelles de Montmirail et culmine à 730m d'altitude. Souvent balayée par le vent, il n'est pas impossible d'y rencontrer des parapentistes.

Quelques photos qui valent le détour!

C'est bien beau de caracoler sur les hauteurs, nous reprenons en mode «descente» le GR4 à travers les buis pour rejoindre le deuxième spot de notre randonnée.

La Crête est déjà loin derrière, nous traversons des vignes avant de retrouver de nouveau la forêt... De belles grappes aux grains sucrés à souhait.

Ambiance bizarre et mystérieuse... Nous entrons à Prébayon.

Elle veille et surveille de son regard bienveillant... Nous traversons Le Pont du Diable

Un filet d'eau coule en contrebas, c'est Le Trignon qui prend sa source ici même.

Dans un cocon de verdure. Le temps s'est arrêté, même le son est feutré, on entend à peine le chant d'un oiseau. Les rayons du soleil filtrent à travers la végétation et les ruines du Monastère de Prébayon dont les origines remontent entre le 7ème et le 10ème siècle. Chaque fois que je viens ici, mon ressenti est différent: il y a quelque chose de vraiment spécial ici qui interpelle tous les sens et qui titille les esprits, même les plus rétifs.

Nous reprenons notre route direction la Verrière, oui, il faut songer à rentrer.

De nouveau nous flirtons avec le GR4.

La Côte Chaude porte bien son nom... Allez, courage, encore quelques kilomètres à parcourir!

A bientôt pour d'autres aventures!

Laurence D.