Au choix, une boucle de 6,5km ou une boucle de 2,5km pour découvrir les cabanes en pierre entre Mazan et Blauvac et leur conception technique dite de l'encorbellement : : les pierres plates, brutes ou parfois retaillées, sont posées à plat l'une sur l'autre, légèrement inclinées vers l'extérieur de la construction, chaque pierre s'avançant vers l'intérieur, par rapport à la précédente.

Depuis la plus haute Antiquité, on aménage ces collines et ces pentes. C'est au XIè et XIIè siècles, sous une forte pression démographique, que se mettent en place les aménagements en terrasses, "bancaus", en Provence, par épierrage et constructions de murets. Puis viennent les guerres, les famines, les pestes qui ralentissent ce mouvement.

Ces constructions, enclos, cabanes, cultures reprennent avec intensité vers 1850.

Les cabanes servent aussi pendant les épidemies de peste (ici vers 1628-1631) pour mettre à l'écart les pestiférés des villes et des villages. Puis elles servent d'abris ou remises à outils. Celles qui sont encore en état datent du XVIIIè et XIXè siècle.

Les grands murs servaient de limites de propriétés, d'enclos pour les animaux.

Sur le cadastre Napoléonien de 1808, ces "bancaus" abritent des oliviers, de la vigne, des cerisiers, des cérales.

Elles sont abandonnées vers la fin du XIXè siècle. La forêt reprend alors sa place.

Le site de la Boissière et la colline de Notre Dame des Anges étaient aussi, riches en carrières pour approvisionner le village.

  Téléchargez la plaquette du sentier de la pierre sèche, pdf, 6mo