Les campaniles sont de véritables dentelles de fer forgé, ils sculptent le paysage comtadin, ornent le patrimoine de ce pays : églises, beffrois, portes sont superbement parés de ces ouvrages de ferronnerie d’art aux formes parfois insolites.

Véritables Dentelles de fer forgé

Les campaniles sont de véritables dentelles de fer forgé, ils sculptent le paysage comtadin, ornent le patrimoine de ce pays : églises, beffrois, portes sont superbement parés de ces ouvrages de ferronnerie d’art aux formes parfois insolites. Leur héritage est aujourd’hui préservé, chaque ville ou village arborent fièrement ces savoir-faire.

Un peu d’histoire…

Au cours des siècles qui suivirent la conquête romaine, l’influence italienne est particulièrement marquée.

Le forgeron provençal adopte l’ordonnance italienne en organisant ses campaniles en forme de lanterne surplombant un simulacre de coupole.

L’ensemble représente la terre recevant la lumière du ciel. Les campaniles sont apparus au XVIème siècle. Ces cages de fer érigées dans un style complexe et souvent élaborées modestement rythment de leur silhouette légère le ciel de Provence.

Au départ, on fait des campaniles pour qu’il y ait une moindre résistance au vent puis petit à petit, ils prennent une valeur décorative importante.

«Lutte intermittente mais féroce entre l’air en mouvement et la matière, bataille que le mistral a longtemps et souvent gagné, jusqu’au jour où l’homme a inventé des formes qui, au lieu de s’opposer au vent, l’attirent dans un guet-apens de dentelle. Et le mistral déconcerté, exhale sa fureur et se transforme en musique… une musique ineffable et profonde qui, fluide sans cesse autour du monde. Et dans les vastes cieux, par ses orbes infinis… Jusqu’au fond où son flux s’allait perdre dans l’ombre avec le temps, l’espace, la forme et le nombre».  VICTOR HUGO

Itinéraire suggéré...

A Carpentras, admirer le beffroi surmonté d’un campanile joliment ouvragé datant de 1572, seul vestige de la maison commune de Carpentras, ravagée par un incendie en 1713.

Rejoindre Loriol du Comtat et accéder à l’église du 12ème siècle qui arbore un charmant campanile ornemental.

Continuer vers Aubignan . En traversant le village, vous remarquerez la tour de l’Horloge qui faisait jadis partie des remparts de la cité.

Rejoindre le village de Caromb. Ici, le beffroi, de forme arrondie, offre un campanile finement travaillé.

Pour accéder à Modène, traverser le charmant village de Saint - Pierre de Vassols. Délicatement décoré, le campanile en forme de kiosque de style 1900, est mis en lumière par une façade rosée entourant un portail ancien. A proximité, la fontaine des quatre saisons, édifiée au 17ème vous invite pour une halte rafraîchissante.

Bédoin, blotti au pied du Ventoux, clôture le circuit. L’église Saint Pierre du 18ème siècle, surmontée d’un campanile de forme bulboïde, se remarque de loin. Avant de repartir, s’attarder à la petite chapelle romane Notre Dame de Moustiers située dans un cadre enchanteur.