Ce sont vraisemblablement les plus anciens de tous les monuments historiques, leur construction remonte à la nuit des temps, bien avant les Romains… mais on les a continuellement détruites et reconstruites sur le même modèle jusqu’au début de ce siècle.

Les Bories, étranges cabanes de pierre...

Ce sont vraisemblablement les plus anciens de tous les monuments historiques, leur construction remonte à la nuit des temps, bien avant les Romains… mais on les a continuellement détruites et reconstruites sur le même modèle jusqu’au début de ce siècle et les plus anciennes ne doivent guère remonter au-delà du XVIIIème siècle.

On les appelait “Lou bori” ce qui, en provençal, signifie simplement “cabane”. Le patois touristique de la fin du siècle dernier a francisé Lou Bori en : bories.

Elles furent certainement des habitations à leurs origines, peut être encore à l’époque romaine et pour les plus démunis au Moyen-âge. Aux XVIIème et XVIIIème siècle, les habitants des villes fuyant la peste s’y réfugièrent et en reconstruisirent de nouvelles (il en existe à deux étages).

Depuis, elles ont servi d’abris de bergers, parfois d’étables à brebis, de réserves à provisions. Les plus petites dites “aiguiers” protégeaient des puits ou des sources. Le plus grand nombre se trouve dans des domaines privés, mais on en découvre de nombreuses aux abords des sentiers de randonnées.

Sentier du Petit Patrimoine Rural (randonnée en boucle- 2h)

Situé dans l'Espace Naturel Sensible (ENS) des Collines du Paty, ce sentier de découverte témoigne d’un passé où vivre exigeait une endurance disparue avec nos modes de vies actuels.

Ce territoire forestier fragile était cultivé et réservé aux troupeaux jusqu’au milieu du XXème siècle. Témoin de cette ancienne présence agricole, un petit patrimoine en pierre sèche est partout présent. Cet ensemble de petits ouvrages en pierre sèche est un patrimoine privé et communal à préserver : ne pas monter sur les murs ou sur les cabanes, ne pas sortir du sentier balisé, ne pas fumer.

Départ et arrivée : Parking aménagé (panneau pédagogique sur l'ENS) à l'angle de la D13 et de la Route du Lac du Paty, à 250m du camping du Bouquier.

Suivre le balisage vert foncé. Traverser le pont qui passe sur le Lauron (ou Bouquier) et tourner immédiatement à gauche, dans une parcelle d’oliviers. Au bout à gauche, panneau d’information sur « Les collines du Lac du Paty » (photos 1 & 2).

Le sentier monte dans la forêt, et vous découvrez les premières bories. Le sentier s’élève, jusqu’au moment où il permet d’apercevoir le Lac du Paty et son barrage sur la gauche, puis arrive sur un plateau ravagé par un incendie en août 2016.

Partir vers la droite pour rejoindre la piste forestière. Allez découvrir la Chapelle du Paty que vous apercevez sur votre gauche, puis descendez la piste. Le balisage vert va vous permettre de découvrir le Patrimoine en pierre sèche gardé jalousement par la forêt, en croisant la piste forestière à plusieurs reprises, avant de vous ramener au 1er panneau d’information situé en haut de la parcelle d’oliviers.

Durée : 2 heures. Difficulté : facile. Dénivelée : + 160m. Distance : 4,5 km Balisage vert foncé.

Accès au massif forestier par arrêté préfectoral (information au 04 88 17 80 00).

Pour votre sécurité en période estivale, consulter le panneau d’information d’accès au massif forestier ou d’interdiction en cas de risque incendie.

Les bories de la Garriguette (randonnée boucle 2h)

A Malemort-du-Comtat, ce n'est pas moins de 21 bories que vous allez découvrir sur cette jolie balade sans difficultés. Véritable inventaire mené par une poignée de passionnés, il s'agit au travers de cette présentation de mieux comprendre l'histoire qui lie les hommes et les paysages.

Ce circuit est un témoignage éloquent du patrimoine rural, laissez-vous porter par les cabanes des champs, bories et autres bancaous (cultures en terrasse).

Le parcours ne présente aucune difficulté notable, autre que celle de se repérer dans une végétation dense, nous vous conseillons de garder la carte sous les yeux. 

Départ : parking attenant à la mairie
Durée : 2h, distance 4,5 km, dénivelé +-105 m
Balisage orange

 

 

Les bories de Mazan

Depuis la plus haute Antiquité, on aménage ces collines et ces pentes. C'est au XIè et XIIè siècles, sous une forte pression démographique, que se mettent en place les aménagements en terrasses, "bancaus", en Provence, par épierrage et constructions de murets. Puis viennent les guerres, les famines, les pestes qui ralentissent ce mouvement.

Ces constructions, enclos, cabanes, cultures reprennent avec intensité vers 1850.

Les cabanes servent aussi pendant les épidemies de peste (ici vers 1628-1631) pour mettre à l'écart les pestiférés des villes et des villages. Puis elles servent d'abris ou remises à outils. Celles qui sont encore en état datent du XVIIIè et XIXè siècle.

Les grands murs servaient de limites de propriétés, d'enclos pour les animaux.

Sur le cadastre Napoléonien de 1808, ces "bancaus" abritent des oliviers, de la vigne, des cerisiers, des cérales.

Elles sont abandonnées vers la fin du XIXè siècle. La forêt reprend alors sa place.

Le site de la Boissière et la colline de Notre Dame des Anges étaient aussi, riches en carrières pour approvisionner le village.

  Téléchargez la plaquette du sentier de la pierre sèche, pdf, 6mo