J'ajuste mon bonnet sur ma tête et c'est parti pour un après-midi sportif ! Peu de vent, un soleil radieux, les conditions sont idéales pour se ressourcer. L'air est vivifiant ! Nous trottinons tout d'abord sur la D974, fermée aux véhicules en cette période

Un Trail en hiver sur le Mont-Ventoux...

Il a neigé tout là-haut !

Rien de mieux qu'un bon entraînement trail pour éliminer les quelques calories accumulées pendant l'hiver !

Le Mont Ventoux a beau trôner dans le département du Vaucluse, il n'en reste pas moins une montagne de 1900m et des poussières, avec tous les dangers et désagréments que l'on peut encourir si on ne prévoit pas un minimum sa sortie.
Nous nous équipons en circonstance, à commencer par des vêtements chauds et des chaussures adaptées.

Le parcours du jour nous emmène sur une quinzaine de kilomètres avec 600m de dénivelé positif au départ du Chalet Liotard (nous laissons la voiture sur le parking) situé à la Station du Mont Serein sur la commune de Beaumont-Du-Ventoux jusqu'au sommet et retour par la D974.

J'ajuste mon bonnet sur ma tête et c'est parti pour un après-midi sportif ! Peu de vent, un soleil radieux, les conditions sont idéales pour se ressourcer. L'air est vivifiant ! Nous trottinons tout d'abord sur la D974, fermée aux véhicules en cette période, nous bifurquons sur la Piste de La Tête du Chauva au premier virage en tête d'épingle.

La couche de neige vierge de toute trace humaine recouvre le sol d'un manteau immaculé. Ça et là des empreintes de pattes : des rongeurs (j'ai reconnu celles d'un écureuil) et des oiseaux.

Ambiance feutrée, à peine un son, juste le bruit de nos pas qui s'enfoncent légèrement. Boogie apprécie tout comme nous le bonheur de n'avoir rien que pour soi cette immensité !

Le chemin où nous évoluons est une trace d'Itinéraire Rando-Raquettes.

Sur les pentes du Mont Ventoux il en existe plusieurs avec différents niveaux de difficulté.

Au croisement des Grands Pins, nous nous engageons sur la Piste du Bâtiment.

Après environ 9 kilomètres, plus ou moins 1 heure de «course à pied touristique», à approximativement 1500 m d'altitude, changement de direction radical à gauche par le Sentier du Facteur.

Nous découvrons enfin le Jas des Pèlerins, cabane non fermée qui peut servir de refuge, très spartiate !

 

 

Nous passons notre chemin...

Et puis l'épaisseur du manteau neigeux devient plus importante, nous marchons désormais, ça grimpe !

Une petite brise s'est levée. Sentiment bizarre d'être minuscules face à cette étendue immaculée, face à la majesté de l'endroit ! L'intimité douce et réconfortante du single bordé d'arbres laisse place à une étendue immense et silencieuse.

Nous distinguons à peine les repères au sol. La célébrissime antenne rouge et blanche flanquée sur faîte apparaît et disparaît au gré des nuages. La végétation est figée dans la glace. C'est merveilleux.

La Chapelle Sainte-Croix se dessine à l'horizon.

Parfois un cairn (j'adore les cairns!) jalonne la piste...

J'apprécie tellement ces instants privilégiés où se mêlent souffle court, joie intense, admiration, tout un panel de sentiments, de sensations qui font qu'on se sent tout simplement vivant !

La Chapelle Sainte-Croix se dessine à l'horizon.

Nous immortalisons rapidement et fraîchement (température largement en dessous de zéro) notre passage devant le fameux panneau «Mont Ventoux 1909m», puis il est temps de redescendre au chalet via la D974.

Le temps du retour...

Allez hop, tout le monde au petit trot !

La vue est imprenable, nous admirons les paysages de carte postale mis en valeur par la lumière si particulière en fin d'après-midi. Un ravissement.

Notre périple prend fin, nous rejoignons la voiture et rentrons jusqu'à Vaison des étoiles plein les yeux, à l'arrière Boogie s'est endormi...